Football, racisme des adversaires: Valence quitte le terrain de jeu. Match suspendu pendant 20 minutes – footballfootball.org

Categories

Football, racisme des adversaires: Valence quitte le terrain de jeu. Match suspendu pendant 20 minutes

Football, racisme des adversaires: Valence quitte le terrain de jeu. Match suspendu pendant 20 minutes

Très mauvais épisode aujourd’hui lors du match entre Cadix et Valence, valable pour le jour de la Liga. À la 31e minute de la première mi-temps, à 1-1, le défenseur français de Valence Mouctar Diakhaby a commencé à se disputer avec animation avec un adversaire, Juan Cala del Cadiz.

L’autre joueur de Valence Gabriel Paulista s’est également précipité, immédiatement nerveux, tandis que Diakhaby était réservé. Dans l’excitation de l’incident, Diakhaby expliqua alors à l’arbitre et à ses coéquipiers qu’il s’était fait appeler « negro di m … » par Cala, puis quitta le terrain, suivi par les autres joueurs de Valence.

Le match a été suspendu pendant 20 minutes et Valence ne semblait pas disposée à revenir sur le terrain. Puis, selon ce qui a été appris de certains médias espagnols présents, un fait confirmé plus tard par Valence via les réseaux sociaux, Diakhaby a convaincu ses coéquipiers de revenir sur le terrain, sans lui (remplacé par Guillamon), pour éviter une défaite 3-0 à Valence. à table.

Le jeu a ensuite repris et Cadix l’a remporté 2-1. Marcos Mauro, qui en début de seconde période avait pris la place de Cala en début de seconde période, a inscrit, d’une tête dans les dernières minutes, le but de la victoire des hôtes. « L’équipe s’est réunie et a décidé de revenir sur le terrain pour défendre nos couleurs et notre symbole, mais le Valencia CF condamne fermement le racisme sous toutes ses formes. NON AU RACISME », le tweet de Valence.

« 

Mon père et ma mère lisaient La Stampa, quand je me suis marié, ma femme et moi avons toujours lu La Stampa, puisque j’étais seul, je suis passé à la version numérique. C’est un journal libéral et modéré comme moi.

« 

Parce que mon père le lisait tous les jours. Parce qu’à l’âge de quatre ans, ma mère m’a découvert alors que je lisais à haute voix les mots dans la presse. Parce que c’est un journal international, parce que j’y trouve les nouvelles et les histoires de ma ville.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap