Du football au surf, l’histoire de Moreno Beretta: « Maintenant, je me sens libre, avant de ne pas le faire » – footballfootball.org

Categories

Du football au surf, l’histoire de Moreno Beretta: « Maintenant, je me sens libre, avant de ne pas le faire »

Ayant grandi à la Sampdoria, Beretta a joué en Lega Pro et aussi avec l’équipe nationale des moins de 18 ans et moins de 19. Avant de prendre sa retraite avec une lettre et de passer à la table: « Je n’aimais plus l’environnement du football »

Ayant grandi à la Sampdoria, Beretta a joué en Lega Pro et aussi avec l’équipe nationale des moins de 18 ans et moins de 19. Avant de prendre sa retraite avec une lettre et de passer à la table: « Je n’aimais plus l’environnement du football »

« Le surf, tel que je le vis, est une libération. C’est un sport mais aussi un art de vivre: ça donne de la liberté et des sensations positives, ça fait voir le monde avec des yeux différents ». De la part de quelqu’un qui a grandi en tant que footballeur, cela signifie beaucoup. « Le football a pris toute ma vie, c’était aussi lourd sur le plan mental. Lire aussi : Football, un lien entre les fils de Paolo Maldini et Matteo Renzi. La liberté que le surf me donne maintenant, le football m’a enlevé. » Parlant est Moreno Beretta, 27 ans, qui a grandi dans les équipes de jeunes de la Sampdoria et a joué avec Primavera du club de la Sampdoria avant les aventures à Pise, Mantoue, Entella, Portogruaro, Paganese et Saint-Marin. Tous en Lega Pro Dans la carrière de Beretta, il y a aussi des apparitions avec les équipes nationales des moins de 18 ans et moins de 19 ans.

« Puis j’ai décidé d’arrêter. Je n’aimais plus l’environnement et je l’ai écrit dans une lettre qui a fait le tour des magazines sportifs. »

Le contenu de la lettre est une attaque frontale contre tout le système de football italien

« L’explication de ma lettre des journaux était un peu superficielle, elle devrait être approfondie. Mais ce qui est bien c’est que finalement quelqu’un a dit la réalité telle qu’elle est, sans se soucier de ce que le reste des gens et le secteur pensaient: tout le monde le les joueurs connaissent cette réalité et à chaque entretien ils sont contrôlés à distance. Personne ne s’impose jamais. « 

Un autre monde que le surf …

« Les surfeurs sont plus libres et plus francs, même au niveau professionnel. Tout est vécu de manière plus réelle. Ensuite, à haut niveau, ce sport est aussi un défi. Mais il n’y a pas cette même composante mentale lourde. »

Comment l’avez-vous fait coexister avec votre carrière de footballeur?

« Si vous jouez au football, vous ne pouvez pas le faire. Ou plutôt: vous pouvez le faire mais vous ne pouvez pas le dire, beaucoup de sports sont interdits. Ici, le football vous empêche de développer vos passions. D’une part, ils pourraient être considéré comme une bonne chose, mais d’un autre côté, vous êtes limité ».

Le surf est un sport qui m’a toujours intrigué. Née à Deiva Marina, je suis liée à la mer et j’ai toujours été attirée par les vagues. Le surf combine mes deux passions: le sport et la mer ».

Et le surf permet de voyager …

«En attendant, c’est le fil conducteur de ma vie, les voyages que j’ai fait récemment ont toujours été motivés par le surf. Je considère ce sport comme une union, un prétexte pour avoir de la force, de l’énergie, pour découvrir de nouvelles choses. Ce sont des choses qui le surf donne et que d’autres sports qu’ils ne sont pas en mesure d’offrir, tels qu’ils sont conçus ».

«Je prévois un voyage stimulant: faire le tour du monde dans une camionnette reconvertie, à partir de la Ligurie. Et je veux le documenter de la manière la plus large possible, en essayant de rencontrer des cultures et d’avoir des échanges humains et culturels. Le nom du voyage sera «Le voyage qui donne», parce que nous voulons donner quelque chose dans chaque endroit que nous visitons, autant que possible: ils nous donneront leur beauté, nous essaierons de rendre la pareille. De toute façon: économiquement ou avec des événements, l’important est de laissez notre marque « .

Avez-vous des regrets, compte tenu du temps que vous avez consacré au football?

« Non, si j’y retournais je ne changerais rien. Le chemin particulier que j’ai emprunté m’a fait apprécier ce style de vie, si je ne l’avais pas fait je n’aurais pas les yeux ouverts sur certains aspects de la réalité. Le seul regret est qu’en tant qu’enfant Je voulais le faire. Surfer mais, en jouant au football, je ne pouvais pas « .

Quels conseils pensez-vous pouvoir donner à ceux qui veulent aborder ce sport? Et faut-il combiner le surf avec un style de vie particulier?

«C’est un sport accessible à tous et on peut être libre d’être soi-même, on n’est pas forcément obligé d’avoir un style de vie spécifique. Mais ce qui est génial c’est qu’il y a des règles à suivre, il y a beaucoup de respect. Facile, ayez juste un peu de patience et de persévérance: vous devez avoir la motivation de vouloir fusionner avec la nature et être emporté par les émotions que vous ressentez. Ce qui m’a toujours intrigué, c’est la liberté que j’ai vue dans les yeux des gens qui surfé, par opposition à ma façon de faire du sport ».

Football à la télé aujourd'hui et ce soir: Vérone-Parme où le voir. Cosenza-Reggina en direct à la télévision
Sur le même sujet :
Mardi 12 juin, matchs de foot à la télé. Vérone-Parme clôture le…

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap