Categories

De Spezia à Catane: les stars et les rayures du football

De Spezia à Catane: les stars et les rayures du football

par Paolo Franci Le rêve américain, ici avec nous se tient debout. Jeudi dernier, du comté d’Arlington en Virginie, Robert Platek, partenaire du fonds MSD Capital a atterri sur notre ballon _ vous connaissez le géant informatique Dell? – et ancien patron de clubs au Portugal et au Danemark, ainsi que «directeur» du rachat de Burnley qui s’est retrouvé entre les mains d’Alan Pace, un autre Américain à succès. Platek, a repris 100% de La Spezia calcio, propriété de Gabriele Volpi il y a quelques heures. Et ainsi, notre football devient de plus en plus de stars et de rayures, dans une Babel de propriétaires et de managers …

Le rêve américain ici est la place debout. Jeudi dernier, du comté d’Arlington en Virginie, Robert Platek, partenaire du fonds MSD Capital a atterri sur notre ballon _ vous connaissez le géant informatique Dell? – et ancien patron de clubs au Portugal et au Danemark, ainsi que «directeur» du rachat de Burnley qui s’est retrouvé entre les mains d’Alan Pace, un autre Américain à succès. Platek, a repris 100% de La Spezia calcio, propriété de Gabriele Volpi il y a quelques heures. Et ainsi, notre football devient de plus en plus de stars et de rayures, dans une Babel de propriétaires et managers étrangers qui supplantent littéralement le Made in Italy. Après tout, il ne faut pas non plus reculer trop loin. Non, car il y a à peine dix ans, notre football était entièrement italien. Puis, quand on pensait que «Un Américain à Rome» n’était «que» un chef-d’œuvre d’Alberto Sordi, voici le débarquement, en 2010, des Américains à Trigoria. De là à penser qu’il y aurait une invasion «extraterrestre», mais ça passe.

A lire aussi :   Football: Samp; Ranieri trouve Thorsby mais pas Damsgaard

Et cela ne se produit pas seulement en Serie A. Non, non. Pise, par exemple, a récemment eu un nouveau patron: le Russe Alexander Knaster. Et puis, le «  nomade  » de notre football, l’Américain Joe Tacopina, déjà avec ses mains à Rome, alors patron de Bologne et Venise – a vendu au «  VFC Newco 2020 Llc  » un autre groupe d’hommes d’affaires américains, dirigé en Italie par le brillant Le new-yorkais Duncan Niederauer – qui en ces heures signe pour Catane. Les Roms sont récemment passés de James «zeru tituli» Pallotta à Dan Friedkin, un «aviateur» effréné. La Fiorentina appartient à l’italo-américain Rocco Commisso depuis deux ans, Parme a récemment été «  stars and stripes  » avec Kyle Krause, jusqu’aux dirigeants actuels, l’AC Milan, aux mains de Paul Singer. Et il semble que les fonds d’investissement intéressés par l’achat de l’Inter Milan à Suning ne soient que des stars et des rayures. Le morceau du Canada est plutôt à Bologne avec Joey Saputo. Et il y a un Français parmi nous: Joseph Marie Oughourlian, entrepreneur ancien propriétaire de Lens et Millonarios et maintenant aussi de Padoue. Cependant, les Américains dictent la loi.

Ils ont longtemps été majoritaires en Premier League, en France et en Italie, ils ne sont en second lieu que les propriétaires «  permanents  », car il est vrai que les investisseurs russes ou arabes sont plus cool dans les médias, mais ce sont les Américains qui ont pris désactivé. Une étude récente de KPMG indique comment les États-Unis contrôleraient, à ce jour, dans seulement trois pays – l’Italie, la France et l’Angleterre – plus de 60 clubs. Oui, mais pourquoi les Américains sont-ils si attirés par le football européen? «Parce qu’il offre de grandes opportunités d’affaires à ceux qui ont une solide expérience entrepreneuriale – a récemment expliqué Jordan Gardner, qui après avoir investi dans Swansea et Dundalk, est du club danois Helsingor depuis 2019 – vous pouvez acheter un club de bas niveau, créer un joueur sophistiqué système de développement que vous pouvez ensuite revendre, ou vous pouvez acheter l’un des nombreux clubs pauvres et le rendre efficace … ». Oui, comme disait Alberto Sordi: « Aho! Ces Américains sont forts … ».

A lire aussi :   Urbone Publishing nous parle du football à 360 degrés
Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap