Categories

Capozucca: « Montrons qui nous sommes, avec colère et fierté »

«Pour le salut, nous devons mettre toute la colère dans notre corps, nous devons cracher du sang. Je suis sûr que nous y arriverons: l’idée que quelqu’un puisse la remettre en question me fait me déchaîner ». Le directeur sportif de rossoblù Stefano Capozucca ne mâche pas ses mots, dans l’interview accordée au journal «L’Unione Sarda», aujourd’hui en kiosque. Une confiance bien argumentée: «Nous représentons tout un peuple, nous avons un devoir à son égard. Cagliari est bien plus qu’une équipe de football, c’est comme une équipe nationale. En Sardaigne, même ceux qui ne sont pas passionnés de football sont fiers d’avoir Cagliari en Serie A. Nous devons nous sauver car nous le devons aux propriétaires qui ont fait des investissements importants et ont également de grandes idées pour l’avenir. Puis par fierté: la relégation serait une marque indélébile pour des champions comme le nôtre. Montrons qui nous sommes ».

LES MOTS DU MYTHE «Portons le maillot qui appartenait à Gigi Riva: il y a une phrase de lui, en grande évidence juste à l’entrée du stade, qui commence:« Des bergers et des bandits nous ont appelés partout en Italie et j’étais en colère ». Et encore une fois « Cagliari était tout pour tout le monde … ». Et lui, qui aujourd’hui serait comme Cristiano Ronaldo et aurait pu jouer dans toutes les équipes les plus fortes du monde, est resté à Cagliari pour se battre pour ce maillot et cette terre. Ses paroles doivent entrer dans la tête des joueurs. Je pense souvent qu’il le prendrait ici sur le terrain pour expliquer ce qu’est Cagliari ».

A lire aussi :   Allegri contre les 'joueurs': "Le football est une affaire sérieuse, l'entraîneur est bon quand il gagne"

PENSER COURSE PAR COURSE «Le match de samedi contre Hellas n’est pas le dernier recours, mais il faut à tout prix gagner. Comment être troisième dernier avec une telle équipe? Il y a eu des problèmes et il y en a toujours, c’est évident. Mais regarder en arrière est inutile. Contre Spezia, nous avons raté une occasion, mais la course ne s’arrête certainement pas là. On va se sauver, jouer jeu par jeu: sans vouloir faire de tables, avec cinq victoires on peut le faire. Et nous réussirons ».

DES HOMMES POUR LES AFFAIRES «Nainggolan est l’emblème de Cagliari, il est un« Cagliari »et souffre surtout de cette situation. C’est un vrai homme alors, en plus de connaître un très bon football. Ce sera lui qui nous sortira des ennuis. Puis Godin, plus de soixante matchs en Ligue des champions, capitaine de l’équipe nationale uruguayenne, mais toujours humble, spéciale. C’est un garçon aux grandes valeurs humaines et techniques. Et il a une obsession: le salut de l’équipe. Joao a désormais Cagliari à l’intérieur, ses buts comme ceux de Simeone, Pavoletti et Cerri seront décisifs « 

LA QUALITÉ DE MISTER SIMPLE « Le nom le dit à la perfection: c’est un mot simple. Je l’ai lié tous les deux avec son staff, très compétent, entre autres. Nous nous sommes concentrés sur une personne qui avait les caractéristiques, l’envie et la sérénité de poursuivre notre objectif ».

UN ENDROIT SPÉCIAL «L’atmosphère de Cagliari est extraordinaire. Ici, vous vous sentez chez vous, une famille de professionnels. Il y a des gens sérieux et vrais avec des valeurs humaines importantes. Tout le monde pousse pour sortir de cette situation, du chef de la direction au directeur général à tous les employés. L’autre jour, nous avons déjeuné ensemble ici à Asseminello et on pouvait lire aux yeux de tout le monde: « Nous devons rester en Serie A ». Pour eux aussi, nous devons cracher du sang. Pour eux aussi, nous devons nous sauver. Et nous le ferons ».

A lire aussi :   Football, passage en milieu de semaine de A à C.Les défis de la Toscane, de l'Ombrie et de la Spezia
Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap